Logo Les Ateliers de la Création

Logo Centre Pompidou Logo IRCAM

Un projet d'éducation artistique à la croisée des arts visuels, des arts du son et des nouvelles technologies en direction des lycées professionnels

 

Présentation

Présentation

Afin de permettre aux élèves issus des milieux défavorisés de découvrir le monde de l’art et les musiques nouvelles, le lycée Robert Schuman du Havre, la grande Fabrique de Dieppe et le Musée Malraux (MuMa) en haute Normandie vont tous trois s’associer durant cette année scolaire. En effet, grâce à ce projet commun, les élèves de première Bac Pro ELEEC (Electrotechnique Energie Equipements Communicants) vont pouvoir participer aux ateliers de création version 2013-2014.

Objectifs pédagogiques

Cette nouvelle expérience enrichissante, dans laquelle ils devront s’investir avec sérieux, les confrontera au domaine de la culture, peu connu de la plupart d’entre eux. En mettant en relation leur univers professionnel, elle valorisera leur parcours de formation et intégrera la dimension culturelle dans leur quotidien.

Création sonore

L’équipe de La Grande Fabrique et les professeurs accompagneront les élèves de première Bac Pro ELEEC (Electrotechnique Energie et Equipements Communicants) dans leur atelier professionnel afin d’enregistrer les sons du monde industriel. Il les accompagneront également à la Grande Fabrique dans le cadre des séances d’écoute et de retouches du son. Les élèves apprendront tout au long du projet à retravailler sur ordinateur les sons captés dans les ateliers, dans le but de créer avec les techniques audio-numériques un monde musical de leur invention.

Oeuvre étudiée

L’Œuvre étudiée a été réalisée par le peintre Théo Kerg et s’intitule "les bûchers pour les justes". Ses dimensions sont de 130x 97cm.

Acteurs du projet et partenariats

Le lycée Robert Schuman au Havre

Pour découvrir notre lycée, voici le lien : http://schuman.spip.ac-rouen.fr/

Le Musée Malraux (MuMa)

Situé au bord de la mer, le Musée d’Art moderne André Malraux - MuMa Le Havre offre une architecture entièrement dédiée à l’espace et à la lumière. La situation exceptionnelle du bâtiment est soulignée par Le Signal, sculpture d’Henri-Georges Adam, qui encadre de béton un morceau du paysage maritime, celui-là même qui a inspiré nombre d’artistes présents dans les collections du musée. Ancré au Havre, ville qui a vu naître ou grandir des artistes tels Monet, Dubuffet, Friesz, Dufy et Braque, le MuMa, inauguré en 1961 par André Malraux, est réputé pour ses collections de la fin du XIXe et du XXe siècle (œuvres impressionnistes et fauves, fonds d’atelier de Boudin, legs Marande). La récente donation, par sa petite fille Hélène Senn-Foulds, de la collection rassemblée par Olivier Senn au début du XXe siècle fait du MuMa l’une des plus importantes collections impressionnistes de France et lui permet de présenter aujourd’hui, au plus grand nombre, des œuvres de Renoir, Pissarro, Sisley, Degas ou encore Courbet et Corot. LE PREMIER MUSEE MAISON DE LA CULTURE « Il n’y a pas une maison comme celle-ci au monde, ni même au Brésil, ni en Russie, ni aux États-Unis. Souvenez-vous, Havrais, que l’on dira que c’est ici que tout a commencé. » Cet extrait du discours d’inauguration prononcé par André Malraux, ministre d’État chargé des Affaires culturelles, le 24 juin 1961, fait du musée d’Art moderne du Havre le symbole d’un formidable engagement humain en faveur de la culture. En 1961, poste avancé de la ville et du pays, le musée est conçu comme un véritable phare culturel, signalant aux passagers des transatlantiques l’exemplarité de la France en la matière. Ce lieu, pensé comme un centre culturel et un lieu de création continue, est voué à une diversité d’emplois : expositions, concerts, conférences, spectacles… Instruments d’action sociale fondée sur la confrontation des arts, les maisons de la culture, dont le musée-maison de la culture du Havre est le premier jalon, ont pour objectif principal de renouveler la relation du public avec les œuvres. Lieu dédié à l’art sous toutes ses formes, le musée du Havre permet donc au public de retrouver les collections constituées depuis plus d’un siècle tout en bénéficiant d’une programmation culturelle particulièrement dense, faite d’expositions temporaires, de projections de films, de conférences, de concerts, et des services d’une artothèque et d’une discothèque. À l’origine musée des Beaux-Arts, le musée est rebaptisé musée Malraux en 1999, lors de sa restructuration. À l’occasion de son cinquantième anniversaire, en 2011, le musée change encore de nom pour devenir le musée d’Art moderne André Malraux, abrégé en MuMa (Mu pour musée, Ma pour Malraux). Ce changement de nom répond à la double volonté de rendre plus visible la nature des collections (un musée d’art) et de mettre en valeur la modernité du musée et de sa programmation.

La Grande Fabrique (Dieppe)

PRESENTATION La Grande Fabrique est un studio de création musicale (association loi 1901) soutenu par le Conseil Régional de Haute-Normandie, le Département de la Seine Maritime, le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Haute-Normandie), l’Agence Nationale de la Recherche et la Ville de Dieppe. Les arts numériques vivants La Grande Fabrique est depuis 20 ans un vivier artistique innovant. À la fois studio de musique électronique, et collectif artistique, la fabrique, installée dans le conservatoire de Dieppe, voit passer des artistes variés qui tous ont en commun le désir de jouer de la musique, du silence, des images, des mots, avec des outils tantôt sophistiqués, tantôt bricolés et de les transmettre aux petits et aux grands.

ANIMATION Depuis l’invention du Phonographe par Edison en 1877, l’homme a appris à enregistrer le son, le transformer, puis le créer de toutes pièces. Les synthétiseurs ont permis d’accéder à un nouvel espace sonore, et les ordinateurs nous donnent aujourd’hui la possibilité de « jouer » et de transformer le son en temps réel. La Grande Fabrique propose des journées d’animation pour tous publics, afin de découvrir et de mieux comprendre les nouveaux modes d’expression sonore. Une journée type comprend une brève histoire de la musique électronique, ainsi que plusieurs ateliers de découvertes sonores : la Méta-Mallette, transformer sa voix avec le Méta-Instrument, jouer de l’image avec du son, « Dedans-Dehors » (installation interactive), jouer avec les vinyls…