Logo Les Ateliers de la Création

Logo Centre Pompidou Logo IRCAM

Un projet d'éducation artistique à la croisée des arts visuels, des arts du son et des nouvelles technologies en direction des lycées professionnels

 

Réaliser un journal de bord du projet

Pourquoi réaliser un journal de bord ?

La mise en place d’un journal de bord qui accompagne les élèves tout au long du projet est un outil de suivi efficace aussi bien pour l’élève dans sa progression personnelle que pour le suivi du projet par les enseignants et les médiateurs. Cet outil apparaît utile dès lors que :

  • - les élèves abordent des domaines artistiques qui leur sont, pour la plupart, inconnus,
  • - susciter et recueillir la parole de l’élève paraît essentiel,
  • - les séances du projet se déroulent en différents endroits et sont réparties sur toute une année scolaire,
  • - le projet fait l’objet d’un suivi continu en classe par les enseignants,
  • - le projet s’appuie sur une démarche et un processus de création.

Le journal de bord du projet peut prendre différentes formes. Il peut s’agir, par exemple, de fiches de sortie distribuées aux élèves qui les remplissent à chaque séance, d’un blog en ligne dans lequel les élèves pourront publier des articles, ou encore d’un carnet de bord personnel que chaque élève emporte avec lui à chaque séance et en classe.

Ci-dessous, deux exemples de journal de bord réalisés par les enseignants dans le cadre du projet pilote : l’un prend la forme de fiches de sortie, l’autre est un blog en ligne. Ces outils peuvent être aussi importants pour l’encadrement du projet par l’équipe pédagogique, qui peut les utiliser en même temps que les élèves, et par là même les tester.

Focus : le carnet de bord

Un carnet de bord permet de fournir à l’élève un objet à double fonction, recul et appropriation. La prise de distance, la reformulation, la symbolisation qu’il encourage vis-à-vis des cours et des séances du projet ont pour fonction de faciliter l’assimilation personnelle. En étant un lieu d’expression libre, de projections imaginaires, d’instantanés pris sur le vif, et tout à la fois un lieu de mémoire et de recul, le carnet de bord reflète le cheminement de la pensée de l’élève dans le cadre et en dehors du projet. Il est en quelque sorte la mémoire vivante du projet.

Les élèves emportent le carnet avec eux à chaque séance. Ils ont la possibilité d’y inscrire librement leurs réflexions, de prendre des notes, de faire un croquis des étapes qui les intéressent. Parfois la demande d’une écriture peut venir des intervenants ou des enseignants. Chaque élève y organise à sa façon les éléments qu’il prélève et qu’il produit, ce qui lui permet de créer ses propres repères et l’accompagne vers plus d’autonomie.

Le carnet participe également à l’organisation et à l’anticipation du travail réalisé par l’élève, qui a une vision à la fois globale et précise des séances du projet. Chaque élève garde son carnet de bord avec lui entre les séances et le retour sur les traces du carnet se fait régulièrement en classe. Les élèves ont ainsi la possibilité de revenir sur des étapes et d’intervenir pour peaufiner un croquis, noter d’autres idées, y ajouter des documents personnels.

Le carnet de bord est l’endroit où les documents de travail donnés aux élèves lors des séances ou en classe sont consignés. Support favori de l’ensemble des activités proposées aux élèves en classe autour du projet, cet outil a aussi pour l’équipe-projet une fonction de mise en commun et de liaison entre les différents moments du projet sur l’année et les différentes activités proposées aux élèves, en classe et lors des séances. Le carnet est ainsi utilisé comme surface interactive pour chaque intervenant avec l’élève.

Pour voir des pages de carnet de bord réalisés par les élèves dans le cadre du projet pilote, se reporter aux rubriques « La vie du projet » de la partie « Projet pilote » du site.

Ci-dessous, le carnet de bord rempli par une enseignante d’arts appliqués lors des séances avec les élèves.

Le suivi en classe par l'équipe enseignante

En quoi consiste le suivi en classe ?

Le travail de suivi en classe réalisé par les enseignants de l’équipe pédagogique doit permettre d’accompagner les élèves tout au long du projet et d’assurer un travail cohérent avec les programmes scolaires. Le suivi en classe consiste d’abord en l’alimentation et la reprise des éléments produits dans le journal de bord du projet par les élèves.

Ce suivi, qui n’est jamais une « préparation » de l’élève aux séances du projet, peut également prendre la forme de séquences pédagogiques réalisées sur plusieurs séances en classe.

Quelle qu’en soit la forme, le suivi en classe doit permettre :

  • - de développer le vocabulaire et l’expression individuelle des élèves,
  • - d’approfondir leurs connaissances, leur compréhension des notions et des concepts abordés lors des séances,
  • - de les aider à acquérir des savoir-faire et des attitudes mises en jeu dans le projet.

Focus : les séquences pédagogiques

Les trois séquences pédagogiques proposées ici ont été réalisées ou imaginées par des enseignants dans le cadre du projet pilote des Ateliers de la création. Celles-ci sont de nature différente.

La séquence pédagogique de découverte de la musique électroacoustique permet d’accompagner l’élève dans sa plongée au cœur d’un domaine artistique qu’il connaît souvent assez peu.

La séquence intitulée « Argumenter, confronter son opinion à celle d’autrui » est une séquence qui accompagne et prolonge un exercice proposé aux élèves dans le cadre du projet (imaginer et incarner des échanges contradictoires autour de différentes œuvres).

La séquence réalisée autour de l’écriture d’un conte s’appuie quant à elle sur un aspect précis de l’œuvre choisie pour le projet. Le projet devient alors un prétexte à la construction de séances en classe qui permettent d’aborder un point précis du programme d’enseignement en Lettres.

Comment évaluer la progression des élèves ?

L'évalution formative

L’évaluation formative a lieu au cours du projet. Pour l’élève, c’est un instrument pour acquérir concrètement les différentes notions abordées dans le projet. Dans un tel projet, elle peut prendre de nombreuses formes et s’appuyer, par exemple, sur le journal de bord du projet de chaque élève. Cette évaluation formative n’est pas obligatoirement notée et doit avant tout servir à faire progresser l’élève.

L'auto-évaluation

La démarche de projet peut être propice pour l’élève à une auto-évaluation. Cette attitude réflexive lui permet de mieux prendre conscience de son action. On peut lui proposer de faire une liste de « points forts/points faibles » de son action au cours du projet et de valider ou non ses apprentissages au regard des objectifs du projet. Il faut garder en tête que cet exercice d’introspection peut être difficile pour des adolescents.

L'évaluation sommative

L’évaluation sommative permet de vérifier que les notions à acquérir dans le cadre du programme « Arts appliqués et cultures artistiques » ont bien été acquises par les élèves tout au long de l’année. À cet effet, l’enseignant d’Arts appliqués soumet l’élève à un contrôle en cours de formation (CCF), travail écrit sur table ou oral sur dossier (papier ou informatique).

Le CCF de l’année de projet peut s’appuyer sur le projet d’approfondissement artistique et culturel sans qu’il ne constitue l’objet même de l’évaluation. Lors du projet pilote des Ateliers de la création, une enseignante d’arts appliqués a imaginé un CCF dont une partie consiste à demander aux élèves de créer la jaquette du CD de leurs créations sonores.

Établir un bilan du projet

Pourquoi et comment faire un bilan ?

Le bilan du projet se fait avec l’ensemble de l’équipe à plusieurs étapes du projet, par des évaluations intermédiaires et un bilan final. Ce bilan permet d’identifier et d’analyser les éléments qui ont participé à la réussite du projet et ceux qui ont pu la freiner.

Le bilan, qu’il soit plutôt positif ou négatif, permet également de rendre compte de l’action menée, d’en tirer des enseignements et d’en imaginer les ajustements possibles. Il doit être transmis à la DAAC, à l’inspection disciplinaire ainsi qu’à chaque organisme qui a subventionné le projet.

Ce bilan crédibilise la pratique de projet afin de prétendre à sa reconduction, à de nouveaux financements ou à la mise en place de nouveaux projets.

Le bilan étudie principalement les points suivants :

  • - quels éléments ont été favorables à la réussite du projet ?
  • - quelles difficultés ont été rencontrées ?
  • - le projet initial a-t-il été suivi ?
  • - les objectifs ont-ils été atteints ?
  • - le budget prévisionnel a-t-il été respecté ?
  • - comment le projet a-t-il été vécu par les intervenants, les professeurs et les élèves ?
  • - quels sont les effets du projet sur les intervenants, les professeurs et les élèves ?

L'évaluation du projet par l'équipe et les élèves

Afin de réaliser le bilan il paraît essentiel de recueillir les témoignages des intervenants de l’équipe-projet et des élèves. Pour ce faire, un questionnaire peut leur être soumis.

Il est intéressant que les élèves participent au bilan final (en remplissant un petit questionnaire anonyme) et évaluent le projet, ses acteurs, son déroulement : comment ont-ils perçu la conduite du projet par les organisateurs, les médiateurs, les professeurs ? Qu’ont-ils pensé des activités qui leur étaient proposées ? Qu’est-ce que le projet a pu leur apporter ?