Logo Les Ateliers de la Création

Logo Centre Pompidou Logo IRCAM

Un projet d'éducation artistique à la croisée des arts visuels, des arts du son et des nouvelles technologies en direction des lycées professionnels

 

Colmar

Présentation

La classe de seconde SEN (Systèmes Électroniques et Numériques) du lycée professionnel Saint-Jean à Colmar participe pour la première fois au projet « Les Ateliers de la Création ».

L’Œuvre étudiée

la présentation du vidéaste Robert Cahen intitulée « La peinture en mouvement, les œuvres du musée Unterlinden sous le regard de Robert Cahen », regroupe l’installation de six cylindres au fond desquels sont projetés des visages issus de détails d’œuvres appartenant aux collections du musée. Grünewald, Renoir, Picasso, Victor Brauner et Gaston Chaissac sont quelques-uns des quinze peintres qui sont passés sous l’œil de la caméra de l’artiste.

Création sonore

Les élèves travailleront avec François Papirer, musicien du groupe des Percussions de Strasbourg et Stéphane Clor, réalisateur en informatique musicale.

Durant plus de vingt heures d’ateliers, complétés par des rencontres avec des artistes et des spectacles, l’élève va explorer une œuvre plastique de semaines en semaines, dépasser sa perception spontanée pour accéder à l’analyse des matériaux et des processus à l’œuvre dans le travail de l’Art, s’approprier les techniques de prise de son et de studio, affiner son regard et son écoute. Il expérimentera la démarche de création en réalisant une scène sonore, pensée comme une lecture personnelle de l’œuvre plastique. À travers cette appropriation progressive, l’élève sera à même de devenir le médiateur des œuvres pour un autre public, à l’occasion d’une restitution dans les espaces d’exposition.

La production sonore des ateliers dans lesquels évoluent les lycéens en formation professionnelle mérite une attention toute particulière et suscite des interrogations :
  Quels niveaux de conscience ont-ils des sons qu’ils produisent ?
  Un son peut-il être un indice de qualité (d’une fabrication) ?
  L’oreille ou l’écoute peut-elle corriger les perceptions visuelles et kinesthésiques ?
  Comment le son d’une lime peut-il traduire l’humeur de celui qui la manipule ?

Il s’agit pour le musicien de faire prendre conscience aux élèves de l’environnement sonore dans lequel ils évoluent, de montrer l’influence du geste sur la production d’un son, voire d’en expliquer la physique. Le percussionniste détourne des objets usuels à des fins musicales. Le passage des élèves dans la salle de répétition des Percussions de Strasbourg leur permet de faire un parallèle entre leur travail en atelier et la recherche musicale sur les matériaux sonores. De son côté, le réalisateur en informatique musicale forme les élèves à la manipulation des outils nécessaires pour la création sonore, la transformation et le montage des sons, afin qu’ils puissent traduire à travers un nouveau médium les émotions et réflexions que leur a inspirée la rencontre avec l’oeuvre plastique.

Acteurs du projet et partenariats

L’institution Saint-Jean

L’Institution Saint-Jean est un établissement privé sous contrat d’association, comportant une école maternelle, une école élémentaire, un collège, un lycée et un C.F.A.-C.F.C. et rassemblant un peu plus de 1600 élèves.

Le Lycée Professionnel accueille 390 jeunes dans des sections de 3ème Prépa-Pro et des bacs professionnels Gestion-Administration, Commerce, ASSP et Systèmes Électroniques et Numériques.

Cette année, Mme Trujillo, enseignante en Arts Appliqués, entraîne les élèves de seconde SEN dans une nouvelle aventure qui permettra à nos jeunes de découvrir les arts visuels, les arts du son et les nouvelles technologies, et cela afin de susciter la création artistique. Ce projet représente une belle opportunité pour nos jeunes de développer leur rigueur intellectuelle et de se tourner vers la culture scientifique et artistique.

Cette expérience, riche en connaissances et en émotions, permettra d’intensifier la volonté de nos élèves à suivre un parcours post-bac, parcours que l’établissement essaie de favoriser au mieux pour ses lycéens.

Le musée Unterlinden

Installé dans un ancien couvent du XIIIe siècle, le musée Unterlinden conserve le célèbre chef-d’œuvre de Grünewald et de Nicolas de Haguenau, le retable d’Issenheim. Ce polyptyque a été réalisé entre 1512 et 1516 pour la commanderie des Antonins d’Issenheim. Autour de l’ancien cloître médiéval, sont présentées des peintures et sculptures de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance, des œuvres d’arts décoratifs et populaires. En raison des travaux d’agrandissement du musée, les collections d’archéologie et d’art moderne ne sont pas visibles. Robert Cahen a restitué des images des œuvres majeures des collections du musée et particulièrement celles d’art moderne, qui ne sont pas visibles en raison des travaux. Dans le cadre des Ateliers de la Création, les élèves du Lycée Saint-Jean réalisent un travail autour de cette œuvre.

Les intervenants son

  • François Papirer

François Papirer est Musicien, délégué artistique des Percussions de Strasbourg. Né il y a plus de cinquante ans, l’ensemble des Percussions de Strasbourg fut le premier groupe de musique de chambre pour instruments à percussions. Voyage après voyage, création après création avec les plus grands compositeurs contemporains, le groupe a enrichi la palette sonore des percussions par des sons et des timbres nouveaux. En sollicitant des compositeurs issus d’univers musicaux très différents, en mêlant instruments de percussion traditionnels et musiques issues des nouvelles technologies, l’ensemble des Percussions de Strasbourg continue à développer son esprit novateur et suscite toujours la curiosité du public.

http://www.percussionsdestrasbourg....

  • Stéphane Clor

Stéphane Clor est un jeune musicien récemment diplômé de l’Académie supérieure de musique de Strasbourg. Improvisateur et interprète, il réalise des projets autour de la musique instrumentale. Il est membre du label de musique actuelle 3rd Lab, du collectif de musique contemporaine Hanatsu miroir ou encore du collectif de musiques improvisées PILS. S’intéressant aussi tout particulièrement aux musiques électroacoustiques et électroniques ainsi qu’aux arts sonores, il développe différents projets artistiques dans ces domaines en collaboration avec d’autres musiciens, mais aussi avec les arts plastiques et le théâtre.

clor.stephane@gmail.com

Musica, festival international des musiques d’aujourd’hui de Strasbourg

Avec 76 œuvres dont 27 en créations et premières françaises, Musica 2013 explore les nouvelles expressions musicales des XXe et XXIe siècles en offrant l’occasion d’entendre les œuvres contemporaines marquantes et de découvrir la création d’aujourd’hui.

Les objectifs de Musica : Le soutien à la création

• Préserver un véritable espace de liberté d’expression artistique pour les compositeurs et les interprètes sans contrainte de rentabilité économique ou d’implication sociale immédiate, • Encourager la création par une politique de commandes. • Participer à l’insertion sociale des compositeurs par une politique dʼaccompagnement 
des jeunes artistes. • Démocratiser l’accès à la création musicale en permettant au public le plus large de se familiariser avec les pratiques artistiques contemporaines. • Fidéliser les publics par une politique tarifaire particulièrement avantageuse. • Initier les jeunes aux écritures et techniques musicales d’aujourd’hui par leur rencontre avec des compositeurs vivants et des concerts à lʼUniversité de Strasbourg.

Site Internet : http://www.festivalmusica.org

Blog : http://blog.festivalmusica.org

Besançon

Présentation

Dans le cadre des Ateliers de la Création, initiés par l’IRCAM et le Centre Pompidou, l’artiste sonore Olivier Toulemonde interviendra au cours de l’année scolaire 2013/2014 au sein d’une section de BMA et d’une section de DMA ébénisterie du lycée Pierre Vernotte à Moirans-en-Montagne, avec pour objectif de réaliser collectivement une oeuvre sonore, à partir d’une oeuvre contemporaine d’art plastique issue de la collection du FRAC Franche-Comté.

Au travers de cette expérience, les élèves seront invités à appréhender un projet artistique dans sa globalité et à le conduire intégralement, de sa conception à sa réalisation finale. Tout au long du processus de travail, ils seront amenés à réfléchir aux fonctions de l’art et découvriront tout ce qui fait le chemin d’une idée à une oeuvre. Afin de stimuler la créativité de chaque élève, une grande place sera accordée à la recherche et à l’expérimentation, préalable nécessaire à toute écriture musicale et/ou réalisation sonore.

Le cadre proposé s’appelle Les Ateliers de la Création. L’atelier est un espace de travail commun aux ouvriers et aux artistes. C’est là que l’on fabrique, que l’on usine, mais c’est aussi là que l’on recherche et que l’on expérimente. Dans le cadre de ce projet, nous nous proposons d’investir l’atelier bois, d’oublier un moment sa fonction de fabrication de pièces concrètes, pour le voir et surtout l’entendre comme une machine complexe de production sonore (l’environnement de travail, le son des machines, le son du bois, les voix, les souffleries...). Nous prendrons le temps d’écouter cet environnement sonore particulier et tenterons de saisir toute sa richesse pour guider l’écriture musicale de l’oeuvre finale.

Le choix de l’oeuvre plastique

Une visite du FRAC sera organisée pour les élèves, afin qu’ils puissent participer eux-mêmes à une sélection des oeuvres du fonds et bénéficier d’une sensibilisation sur les métiers et l’environnement des œuvres (gestion des collections, régie…). Cette phase préliminaire nous semble essentielle afin que ceux-ci s’approprient le projet dans sa globalité et se sentent investis et concernés par sa réalisation.

Une fois l’oeuvre choisie, celle-ci sera transférée au lycée, dans un emplacement visible, de façon à ce que les élèves restent en contact permanent et concret avec l’oeuvre, tout au long du projet.

L’écriture musicale et la création sonore

La phase de conception et de réalisation sonore se propose ensuite de transposer cette oeuvre plastique en une oeuvre sonore. On veillera ici à ne pas se contenter d’une simple illustration, mais à réfléchir aux spécificités qui caractérisent les domaines du son et de l’image, ainsi qu’aux liens qui se tissent entre eux. La pièce sonore finale pourra prendre la forme d’une composition, d’une installation sonore, d’une performance ou autre, en fonction du processus de travail élaboré conjointement avec les élèves et l’équipe enseignante. Bien qu’elle découle au départ d’une oeuvre plastique, elle sera pensée pour exister en soi, de façon autonome, et s’écoutera pour elle-même.

Acteurs du projet et partenariats

Le lycée Pierre Vernotte

Le lycée Pierre Vernotte est un lycée spécialisé dans les arts du bois. Les élèves y suivent une formation liée aux métiers d’art dans laquelle ils apprennent à manier les outils et utiliser les machines, mais l’équipe pédagogique a également souhaité mettre l’accent sur un enseignement artistique conséquent, dispensé tout au long de l’année par le professeur Michel Delacroix et à l’occasion d’ateliers ponctuels menés avec des intervenants extérieurs. Le projet d’établissement du lycée a notamment pour objectifs « de communiquer sur la spécificité artistique des formations et d’affirmer sa légitimité au niveau national et européen ; d’élargir la zone de recrutement des futurs élèves tant géographiquement que culturellement ; de mobiliser les personnels et les élèves sur une action motivante et ouverte sur l’extérieur ».

Le FRAC Franche-Comte

Depuis leur origine, les Fonds Régionaux d’Art Contemporain ont trois missions fondatrices : constituer une collection, la diffuser auprès des publics les plus diversifiés et inventer des formes de sensibilisation à la création actuelle.

En Franche-Comté le FRAC s’est installé, depuis avril 2013, avec le Conservatoire à rayonnement Régional, à la Cité des arts à Besançon, conçue par l’architecte japonais Kengo Kuma. Deux salles d’exposition permettent de renouveler la programmation tout au long de l’année, en alternant expositions monographiques, expositions thématiques d’œuvres du Fonds, invitations à des commissaires et productions d’œuvres. En parallèle, un programme de conférences, concerts, performances ou rencontres avec des artistes est présenté dans la salle de conférences. Le projet artistique se développe autour de l’axe du temps et s’ouvre aux arts sonores. L’action auprès des publics prend des formes multiples : visites, rencontres, ateliers, projets pédagogiques autour de prêt d’œuvres en milieu scolaire et programmes d’éducation artistique.

L’artiste : Olivier Toulemonde

Olivier Toulemonde se consacre à la musique électroacoustique et l’improvisation à partir de 1994. Cette même année, il participe à la création du Collectif Ishtar (Bourg-en-Bresse) et entame ses premiers travaux de musique concrète au studio Collectif & Cie (Annecy). Il pratique l’improvisation sous sa forme la plus libre, dans un travail lié à l’écoute, la recherche sonore et la projection dans l’espace. Outre la création de pièces sonores pour la radio, il a réalisé une quinzaine de bandes sonores pour des vidéos d’art. Ces créations ont été présentées sous forme d’installations au Musée d’Art Moderne (Paris), à Cologne, à Budapest, à la FIAC de Paris, au Centre d’Art Contemporain de Brétigny / Orge, au Pavé dans la mare (Besançon), au Granit (Belfort), au Quartier (Quimper)...

Le Havre

Présentation

Présentation

Afin de permettre aux élèves issus des milieux défavorisés de découvrir le monde de l’art et les musiques nouvelles, le lycée Robert Schuman du Havre, la grande Fabrique de Dieppe et le Musée Malraux (MuMa) en haute Normandie vont tous trois s’associer durant cette année scolaire. En effet, grâce à ce projet commun, les élèves de première Bac Pro ELEEC (Electrotechnique Energie Equipements Communicants) vont pouvoir participer aux ateliers de création version 2013-2014.

Objectifs pédagogiques

Cette nouvelle expérience enrichissante, dans laquelle ils devront s’investir avec sérieux, les confrontera au domaine de la culture, peu connu de la plupart d’entre eux. En mettant en relation leur univers professionnel, elle valorisera leur parcours de formation et intégrera la dimension culturelle dans leur quotidien.

Création sonore

L’équipe de La Grande Fabrique et les professeurs accompagneront les élèves de première Bac Pro ELEEC (Electrotechnique Energie et Equipements Communicants) dans leur atelier professionnel afin d’enregistrer les sons du monde industriel. Il les accompagneront également à la Grande Fabrique dans le cadre des séances d’écoute et de retouches du son. Les élèves apprendront tout au long du projet à retravailler sur ordinateur les sons captés dans les ateliers, dans le but de créer avec les techniques audio-numériques un monde musical de leur invention.

Oeuvre étudiée

L’Œuvre étudiée a été réalisée par le peintre Théo Kerg et s’intitule "les bûchers pour les justes". Ses dimensions sont de 130x 97cm.

Acteurs du projet et partenariats

Le lycée Robert Schuman au Havre

Pour découvrir notre lycée, voici le lien : http://schuman.spip.ac-rouen.fr/

Le Musée Malraux (MuMa)

Situé au bord de la mer, le Musée d’Art moderne André Malraux - MuMa Le Havre offre une architecture entièrement dédiée à l’espace et à la lumière. La situation exceptionnelle du bâtiment est soulignée par Le Signal, sculpture d’Henri-Georges Adam, qui encadre de béton un morceau du paysage maritime, celui-là même qui a inspiré nombre d’artistes présents dans les collections du musée. Ancré au Havre, ville qui a vu naître ou grandir des artistes tels Monet, Dubuffet, Friesz, Dufy et Braque, le MuMa, inauguré en 1961 par André Malraux, est réputé pour ses collections de la fin du XIXe et du XXe siècle (œuvres impressionnistes et fauves, fonds d’atelier de Boudin, legs Marande). La récente donation, par sa petite fille Hélène Senn-Foulds, de la collection rassemblée par Olivier Senn au début du XXe siècle fait du MuMa l’une des plus importantes collections impressionnistes de France et lui permet de présenter aujourd’hui, au plus grand nombre, des œuvres de Renoir, Pissarro, Sisley, Degas ou encore Courbet et Corot. LE PREMIER MUSEE MAISON DE LA CULTURE « Il n’y a pas une maison comme celle-ci au monde, ni même au Brésil, ni en Russie, ni aux États-Unis. Souvenez-vous, Havrais, que l’on dira que c’est ici que tout a commencé. » Cet extrait du discours d’inauguration prononcé par André Malraux, ministre d’État chargé des Affaires culturelles, le 24 juin 1961, fait du musée d’Art moderne du Havre le symbole d’un formidable engagement humain en faveur de la culture. En 1961, poste avancé de la ville et du pays, le musée est conçu comme un véritable phare culturel, signalant aux passagers des transatlantiques l’exemplarité de la France en la matière. Ce lieu, pensé comme un centre culturel et un lieu de création continue, est voué à une diversité d’emplois : expositions, concerts, conférences, spectacles… Instruments d’action sociale fondée sur la confrontation des arts, les maisons de la culture, dont le musée-maison de la culture du Havre est le premier jalon, ont pour objectif principal de renouveler la relation du public avec les œuvres. Lieu dédié à l’art sous toutes ses formes, le musée du Havre permet donc au public de retrouver les collections constituées depuis plus d’un siècle tout en bénéficiant d’une programmation culturelle particulièrement dense, faite d’expositions temporaires, de projections de films, de conférences, de concerts, et des services d’une artothèque et d’une discothèque. À l’origine musée des Beaux-Arts, le musée est rebaptisé musée Malraux en 1999, lors de sa restructuration. À l’occasion de son cinquantième anniversaire, en 2011, le musée change encore de nom pour devenir le musée d’Art moderne André Malraux, abrégé en MuMa (Mu pour musée, Ma pour Malraux). Ce changement de nom répond à la double volonté de rendre plus visible la nature des collections (un musée d’art) et de mettre en valeur la modernité du musée et de sa programmation.

La Grande Fabrique (Dieppe)

PRESENTATION La Grande Fabrique est un studio de création musicale (association loi 1901) soutenu par le Conseil Régional de Haute-Normandie, le Département de la Seine Maritime, le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Haute-Normandie), l’Agence Nationale de la Recherche et la Ville de Dieppe. Les arts numériques vivants La Grande Fabrique est depuis 20 ans un vivier artistique innovant. À la fois studio de musique électronique, et collectif artistique, la fabrique, installée dans le conservatoire de Dieppe, voit passer des artistes variés qui tous ont en commun le désir de jouer de la musique, du silence, des images, des mots, avec des outils tantôt sophistiqués, tantôt bricolés et de les transmettre aux petits et aux grands.

ANIMATION Depuis l’invention du Phonographe par Edison en 1877, l’homme a appris à enregistrer le son, le transformer, puis le créer de toutes pièces. Les synthétiseurs ont permis d’accéder à un nouvel espace sonore, et les ordinateurs nous donnent aujourd’hui la possibilité de « jouer » et de transformer le son en temps réel. La Grande Fabrique propose des journées d’animation pour tous publics, afin de découvrir et de mieux comprendre les nouveaux modes d’expression sonore. Une journée type comprend une brève histoire de la musique électronique, ainsi que plusieurs ateliers de découvertes sonores : la Méta-Mallette, transformer sa voix avec le Méta-Instrument, jouer de l’image avec du son, « Dedans-Dehors » (installation interactive), jouer avec les vinyls…

Paris

Présentation

Les 24 élèves de la classe de 1ère bac professionnel Gestion Administrative viendront sur plusieurs séances du lycée professionnel Suzanne Valadon à l’Ircam et au Centre Pompidou afin d’aborder de manière approfondie la création la plus contemporaine.

Au fil des séances, l’objectif est de s’approprier les codes et les concepts artistiques pour dans une phase finale verbaliser et formuler un ressenti a priori inconnu jusque là. Une création sonore résultera de ce travail et sera présentée le 10 avril 2014 face à un public, à l’Ircam et au Centre Pompidou.

Oeuvre étudiée

Le Mur de l’atelier d’André Breton

Intervenant arts visuels Olivier Font, conférencier au Centre Pompidou

Intervenant arts du son Grégoire Lorieux, Réalisateur en Informatique Musicale au département pédagogie de l’Ircam

Tous deux seront présents tout au long de ce parcours et accompagneront les élèves dans leur découverte.

Acteurs du projet et partenariats

Le Lycée professionnel Suzanne Valadon

La classe de 1ère Gestion Administrative du lycée professionnel Suzanne Valadon (XVIIIème arrondissement) participera cette année au projet.

L’Ircam

L’Institut de recherche et coordination acoustique/musique est aujourd’hui l’un des plus grands centres de recherche publique au monde se consacrant à la création musicale et à la recherche scientifique. Lieu unique où convergent la prospective artistique et l’innovation scientifique et technologique, l’institut est dirigé depuis 2006 par Frank Madlener, et réunit plus de cent soixante collaborateurs.

Plus d’informations à cette adresse : www.ircam.fr

Le Centre Pompidou

En 1969, le Président Pompidou décide d’affecter le plateau Beaubourg à la construction d’un centre culturel pluridisciplinaire d’un type entièrement nouveau. Outre la création d’une nouvelle bibliothèque et le transfert du musée national d’art moderne, le projet englobait au sein du nouveau Centre les activités du Centre d’art contemporain installé rue Berryer. Le Centre Pompidou est inauguré le 31 janvier 1977 .

Plus d’informations à cette adresse : http://www.centrepompidou.fr/fr/Le-...

Lyon

Présentation

En attente de rédaction

Acteurs du projet et partenariats

En attente de rédaction